genealogie
genealogie
ORIGINES DES FAMILLES QUOIDBACH

D'OR A UN MONDE D'AZUR CROISE ET CINTRE DU CHAMP



"CRUCE AC FIDE"


Origines étymologiques


Les Quoidbach doivent leur nom à un ruisseau et un lieu-dit qui existe toujours. Le "Quoidbach" a sa source à l'endroit du même nom, traverse Bruyères et se jette au desses de la Trappe sous le ruisseau de Jean Oury. .
BACH en allemand signifie ruisseau, ici pas de contestation.
Quant à QUOID, plusieurs versions existent. Voyons l’évolution du nom à travers le temps:
Quatbeek (1270), cordebach, coetbach (1437),Coron ou Coer de Bach (1472), Coetbach (1500), Quoytbach, Quotbach (1562), Quaetbach (1576), Quoidbach (1800). Ce vocable se compose du radical « bach » et du déterminant Coet, Quot, Quoid, dont la signification apparaît dans les formes Coron et Coër d’elle bach, c’està dire , à la source du ruisseau
Pour d’autre, on reconnaîtrait « quoid » désignant une eau peu claire, boueuse ou marécageuse. L’étymologie peut le confirmer. Il existe un terme indo-européen qui s’écrit « gen ». Il passe dans divers dialectes germaniques sous les formes « kat », « quot », « quad », « quaet », « cwed ». En langage moderne il est devenu « kot » en allemand et « kwaad » en néerlandais qui veut dire « mauvais, fâcheux ». En ce qui concerne le Quoidbach, on a le choix entre « mauvais ruisseau, où ruisseau fangeux. Vu le terrain ou il coule, on pourrait plutôt penser à un ru aux eaux fangeuses. Les formes de « Quade » auraient été francisées par un clerc francophone en » Quoid ».

La question reste posée sur la traduction du nom mais pas sur nos origines géographique.


La QUOIDBACH



Quelques repères encore visibles de vécu de nos ancêtres dans la région de Clermont sur Berwinne.

A 5 km. de Clermont, à la ferme Remacle au Bois HENNON, une pierre avec une curieuse inscription en taille d’épargne au millésime 1639, surmontée d’un globe cintré et croisé (arme de la famille Quoidbach).
Sur le chemin de quoidbach, une ancienne ferme de style renaissance avec au dessus de l’entrée une pierre montrant les attributs de brasseur et les initiale J.Q. (Jean Quoidbach) et le millésime 1633.
En l’Église de Clermont, l’autel du transept de droite dédié à Notre-dame a été restauré en 1642 grâce à la magnificence de Lambert de la Florence et de son épouse Marie Quoidbach, ainsi qu’il est inscrit en latin sur le socle d’une colonne. A Clermont, une rue se nomme rue Quoidbach et une des maisons porte également ce nom.


Description des fermes du hameau QUOIDBACH.

Ferme N°1 (1633-Jean Quoidbach)


*N°1.Petite ferme à façade de briques et calcaire datée de 1633 et personnalisée J(ean) Q(uoidbach) à la pierre surmontant l’entrée cintrée aux montants chaînés, peut-être exhaussée. A droite et à l’étage, fenêtre à croisée jumelée à une fenêtre à traverse gauche sous arc de décharge (au rez de chaussée). Gonds et feuillures de contrevents aux jours inférieurs. Bâtière de tuiles. Locaux en appentis sur la gauche. Façade arrière remaniée au XIXe siècle.

Ferme N°2 (XVII)


*N°2. Bâtiment de ferme où la façade de briques et calcaire sur soubassement de moellons révèle la présence de deux logis du XVIIIe siècle, : quartier-maître à droite, logis du censier à gauche. Pour chacun, aux deux niveaux, deux fenêtres couplées à meneau dont les appentis et linteaux se prolongent en bandeau. Gonds et feuillures de contrevent. Dessus, au rez de chaussée, oculi obturés ? Sur la porte gauche aux piédroits monolithes entre dés et sommiers, un jour d’imposte surbaissé. A droite, modifications à la porte et alentour.
Sur la gauche, étables en moellons. En façade arrière également de moellons, deux niveaux de fenêtres à meneau et montants chaînés, un oculus. Couvrant le tout, bâtière de tuiles sur corbeaux de pierre posés de très près sur le niveau supérieur.


Ferme N°4

*N°4.Non loin, à la ferme n°4, présence d’une porte datée de 1767, d’un pignon de colombage et d’éléments de baies anciennes à l’arrière.

Ferme N°6 (XVII)


*N°6-Ferme en plusieurs volumes juxtaposés. Bons témoins du XVIIe siècle à l’arrière, de part et d’autre du décrochement séparant la partie de façade de moellons et celle de briques peut-être plus récent. En correspondance pour les deux logis en façade principale Est, briques enduites, baies rectangulaires calcaires à cheval sur les XVIII et XIX siècles.

Ferme N°8

*N°8 Gonds et feuillures de contrevent. Un oculus ovale à l’imposte de l’entrée de celui de droite deux linteaux.


Plans des hameaux de Clermont-Thimister

Details




PLAN GENERAL


*Les textes et plans sont tirés du livre « Le patrimoine monumental DE LA BELGIQUE. Wallonie 124 Liège/Verviers-arr.S-W » Les photos couleurs sont de J.Quoidbach.

  • site généalogique : http://gw.geneanet.org/dacier
  • Mail : Quoidbach@skynet.be